Les épiscopaliens marchent pour « mettre fin aux combustibles fossiles » avant le sommet de l'ONU sur le climat

Par Shireen Korkzan
Publié le Sep 18, 2023

Les épiscopaliens ont participé à la marche pour mettre fin aux combustibles fossiles le 17 septembre 2023 à New York. Photo : Phoebe Chatfield

[Service de nouvelles épiscopales] Les épiscopaliens se sont joints à certains 75,000 personnes qui ont participé à la Marche pour mettre fin aux combustibles fossiles Le 17 septembre à New York.

La marche a eu lieu trois jours avant que les délégués ne se réunissent au siège de l'ONU le 20 septembre pour une sommet sur l'action climatique. L'objectif du sommet est de pousser les pays « à accélérer l'action des gouvernements, des entreprises, des finances, des autorités locales et de la société civile ».

Une coalition d'organisations locales et nationales, dont GreenFaith, a planifié la marche, au cours de laquelle des discours de politiciens et de célébrités ont été prononcés. Les manifestants se sont concentrés pour la première fois sur l’industrie des combustibles fossiles, selon les médias. La marche n'était pas un événement officiel observé par l'Église épiscopale, mais selon Phoebe Chatfield, associée au programme pour la protection de la création et la justice, des épiscopaliens de plus de 21 congrégations différentes et de plus de sept diocèses ont participé à la marche.

« Il n'y a pas de devoir plus élevé que d'être les intendants de la Terre », a déclaré Darren Glenn, membre du diocèse de Long Island. équipe de direction des soins de création. « Notre voyage spirituel est un voyage de réconciliation, et une partie de cette réconciliation doit se produire dans notre relation avec la planète. »

Secrétaire général de l'ONU António Guterres a appelé à la tenue d'un sommet sur l'action climatique cette semaine en 2022, fixant l'exigence de participation des pays pour avoir un plan concret pour éliminer progressivement les combustibles fossiles. C'est une exigence qui exclut la participation américaine, a déclaré le révérend Fletcher Harper, directeur exécutif de GreenFaith, une organisation internationale communautaire pour le climat et l'environnement basée à New York., raconte l'ENS. 

« Les États-Unis n'ont rien de comparable à ce genre de plan… et c'est totalement inacceptable, quel que soit le point de vue spirituel, éthique et moral que vous souhaitez adopter », a-t-il déclaré.

Les États-Unis font un transition lente aux sources d’énergie renouvelables, telles que les énergies éolienne et solaire. Les combustibles fossiles dominent toujours la production d’énergie. En 2022, les énergies fossiles — charbon, gaz naturel et pétrole — représentait 81% de la production énergétique des États-Unis, selon l'Energy Information Administration des États-Unis.

Lorsque des combustibles fossiles non renouvelables sont brûlés, ils émettre de grandes quantités de dioxyde de carbone et d'autres gaz à effet de serre dans l'air et l'eau. Ces émissions chauffent la Terre et les sous-produits de la pollution présentent un risque pour la santé des humains et de la faune.

Alors que les combustibles fossiles continuent d’être utilisés dans le monde entier, le changement climatique induit par l’homme exacerbe le nombre et la gravité des catastrophes naturelles. En septembre 2023, les fortes pluies provoquées par la tempête Daniel en Méditerranée ont provoqué l'effondrement de deux barrages en Libye, tuant des milliers de personnes; deux mois avant, jours de fortes pluies communautés inondées au Vermont. À l’inverse, une série sans précédent de incendies de forêt meurtriers a éclaté à Hawaïʻje suis en août et les incendies de forêt ont brûlé partout au Canada depuis mars.

Transition vers une énergie propre réduit les émissions de gaz à effet de serre et d’autres polluants environnementaux qui ont un impact sur les humains et la faune. En juillet 2022, la Convention générale a engagé l'Église épiscopale à la neutralité carbone dans toutes ses installations et opérations. par 2030. Certaines paroisses ont déjà atteint cet objectif.

Les épiscopaliens ont rejoint quelque 75,000 17 personnes qui ont participé à la marche pour mettre fin aux combustibles fossiles le 2023 septembre XNUMX à New York. Photo : Phoebe Chatfield

Allegra Lovejoy, assistante ministérielle du diocèse épiscopal de Long Island, a déclaré à l'ENS que la marche pour mettre fin aux combustibles fossiles s'est produite à « une période si critique pour notre planète ». Lovejoy a dirigé l'équipe organisatrice du diocèse pour la marche.

« Un grand nombre de nos églises épiscopales sont confrontées aux défis de justice sociale, aux défis économiques, etc., auxquels nous sommes confrontés, mais [le changement climatique induit par l'homme] affecte tout le monde, et cela affecte notre avenir et les générations futures », a-t-elle déclaré. "En tant que communauté, nous disposons de toute l'intelligence, de toute la technologie et de tout l'argent nécessaires pour changer complètement notre action en faveur du climat."

Le 20 septembre, l'Église épiscopale et 11 autres organisations confessionnelles accueilleront «Faire le point sur notre ambition : une action climatique fondée sur la foi aux Nations Unies » au Episcopal Church Center de New York pour présenter le « bilan mondial » et d'autres processus de l'ONU pour l'action climatique. L'événement se déroulera parallèlement au sommet sur l'action climatique de l'ONU. L'événement est ouvert au public et les participants peuvent choisir d'y assister en personne ou via Zoom.

Le plaidoyer environnemental des épiscopaliens se poursuit. L'Église envisage de lancer son Aimez Dieu, aimez le monde de Dieu programme de soins à la création cinématographique en octobre. Le programme sera un outil basé sur des histoires conçu pour aider les épiscopaliens à en apprendre davantage sur le soin de la création.

Le programme comprendra neuf sessions et est destiné aux adultes. Plus d'informations peuvent être trouvées sur Love God, Love God's World site .

Pendant ce temps, les chrétiens du monde entier, y compris les épiscopaliens, observent actuellement le culte œcuménique. Saison de la création, un moment de dialogue, de prière et d'action pour protéger les ressources naturelles de la Terre. Le Temps de la Création a débuté le 1er septembre – Journée mondiale de prière – et se terminera le 4 octobre, jour de la fête de Saint François, saint patron de l’écologie.

"C'est un moment où les communautés religieuses doivent décider qu'il ne suffit pas que nos églises passent à l'énergie solaire, ou qu'elles réduisent leurs déplacements en voiture et en avion, et qu'elles utilisent des énergies renouvelables pour alimenter leur maison autant que possible", a déclaré Harper. "C'est bien qu'ils le fassent, mais nous avons besoin que la société et le monde se tournent vers l'énergie solaire, et cela nécessite un mouvement social."

Les épiscopaliens peuvent en apprendre davantage sur l'engagement de l'Église à faire face à la crise climatique mondiale sur l'Alliance pour la protection de la création. site .

-Shireen Korkzan est journaliste et rédactrice adjointe pour Episcopal News Service. Elle peut être contactée à skorkzan@episcopalchurch.org.